Pérou - J4 - Oasis de Huacachina - Mathieu Perroud

Pérou - J4 - Oasis de Huacachina

Après la visite des îles Ballestas en début de matinée, nous nous dépêchons de rentrer à l'hôtel pour le checkout. Et nous filons à pied avec nos gros sacs sous le soleil du désert, direction la station de bus.

Objectif: Ica. Enfin pas vraiment parce que nous ne ferons qu'y passer en coup de vent, le temps de monter dans un taxi pour l'oasis située à une poignée de kilomètres: Huacachina.

Même si nous ne sommes restés que quelques minutes dans Ica cette ville m'a frappé. Elle ressemble à toutes les villes qu'on a croisé sur la côte désertique: sans charme apparent et poussiéreuse. Mais elle a un petit truc en plus: un mélange d'hyper-activité et de débordement. Je m'explique: la ville me semble très petite, en superficie mais aussi en terme de dimensions des rues et des maisons. Cela renforce l'impression de fourmillement des véhicules et des piétons. D'autant plus que le flux automobile est saturé de taxi, de tous petits taxis! Ce n'est qu'un sentiment personnel, il faudrait demander à pamestla.com ce qu'elle en pense!

Bref ce n'est pas le sujet! Vous êtes là pour en apprendre plus sur l'oasis de Huacachina! Donc commençons par le commencement: l'hôtel!

Parce que cet hôtel il nous a beaucoup plus! Et qu'on a failli pas avoir de chambre!

En faisant les repérages durant les préparatifs, j'avais déterminé quelques endroits où les logements sont plus cher que la moyenne, et moins nombreux. Notamment dans les oasis et en particulier dans celle ci. Du coup j'étais parti sur le principe que tant qu'à payer plus autant que ça soit pour une bonne raison: un bel hôtel avec piscine! Pamestla.com s'est laissée convaincre ;)

Les avis sur celui là étaient bon, on est donc arrivé comme des fleurs à la réception pour demander une chambre...et ils leur en restaient une! Nous avons d'autant plus de chance que nous étions à peine en train de renseigner notre identité pour le check-in que le téléphone sonnait: au bout du fil la personne demandait la même chambre... :D Jubilation!

En plus d'avoir une chambre (autour de la piscine) nous sommes bien accueilli par un personnel souriant. Pas bavard, mais souriant!

Nous posons nos affaires, cherchons où déjeuner, et nous nous posons pendant la grande chaleur de début d'après midi!

L'oasis est petite, le tour se fait rapidement, et nous permet d'appréhender le fonctionnement des lieux: d'où partent les buggy, d'où on pourra commencer l'ascension des dunes nous entourant, où se trouvent les auberges (plus bruyantes), où se trouvent les restaurants, comment sont fabriqués les "board" qui sont louées pour les descentes en sandboard!

Et nous voilà en fin d'après midi en pleine ascension de la dune! Ce fut épique: marcher dans une pente abrupte constituée uniquement de sable qui fui sous la semelle est une épreuve qui demande beaucoup de patience! Il vaut mieux prendre son temps, ne pas lutter contre l'enfoncement dans le sable sous peine de se trouver épuisé après quelques pas! Mais à la première ascension on est plein de fougue et cela se traduit par des arrêts répétés...tous les 10 pas, les cuisses en feu!

Mais cela a l'avantage de nous laisser le temps d'apprécier le paysage! Et quel paysage!

Je ne sais pas ce qui rend notre périple le plus difficile: le sable dans lequel on s'enfonce jusqu'au dessus des chevilles, le sable qui s'engouffre dans les chaussures jusqu'à comprimer douloureusement les orteils, la pente vertigineuse ou la chaleur toujours assommante en fin d'après midi! Mais je confirme: la vue est magnifique!

Ce désert à perte de vue, ces rides dans les dunes, cette lumière...on ne s'en lasse pas!

J'ai fait attention en prenant les photos, et en les sélectionnant, mais nous n'étions évidement pas les seuls ce soir là sur notre promontoire. L'endroit est assez touristique et proche de la ville, mais ce n'était pas bondé. La cohabitation était facile.

Et voilà le coucher de soleil! Les couleurs sont magnifiques, les ombres s'étirent, le contraste des zones sombres et clairs ajoutent de la magie à ce décor désertique.

S'il y a bien une chose que nous ne voulions pas faire c'est du buggy dans les dunes...trop de bruit, trop de pollution...mais à force de les voir arpenter ces reliefs mous et surtout d'entendre les gens crier comme s'ils étaient dans un manège à sensations, l'envie d'essayer est devenue plus forte...trop forte...le lendemain nous avons fait une excursion en buggy, avec du sandboard ;) C'était génial: les sensations sont effectivement au rendez-vous: le pilote a choisi le trajet du retour pour accélérer et nous faire sauter de nos sièges! Les quelques descentes en sandboard sur le ventre étaient marrantes, sans plus. Il faudra attendre l'épisode Cerro Blanco pour apprécier vraiment cette discipline!

Avant les montagnes russes en buggy on est parti tôt le matin pour faire une ultime ascension! Pendant la grimpette je profite des pauses pour m'attarder sur les détails de cet environnement nouveau. Le vent joue avec le sable. Les dunes sont comme des sculptures.

On se demande comment l'oasis survit au milieu des dunes ? Pourquoi n'est-elle pas ensevelie au fil des tempêtes sous des tonnes de sable ???

On a passé du temps la haut. Le spectacle est continue entre le balai des buggys, les quelques locaux qui vont de l'oasis au village d'à côté en traversant à travers les dunes, les nuages sombres qui arrivent au dessus d'Ica, les gens qui tentent l'ascension eux aussi!

Powered by SmugMug Log In