Pérou - J21 - Laguna Wilcacocha - Mathieu Perroud

Pérou - J21 - Laguna Wilcacocha

En arrivant à Huaraz ce matin là, nous trépignons d'impatience à l'idée de découvrir enfin les fameuses cordillères des Andes ! Coincée entre la cordillère noire et la cordillère blanche Huaraz est la capitale urbaine et commerciale de la région d'Ancash. Elle est aussi le point de départ de nombreux treks.

La cordillère blanche doit son nom à la neige et à la couleur de la roche qui la compose, le quartz et le feldspath. S'étendant sur 180 kilomètres de longueur et comprenant 35 sommets d'une altitude supérieure à 6 000 mètres elle est la chaîne de montagnes tropicale la plus haute du monde. Un autre record pour le Pérou ! Autre statistique: on y trouve 260 lacs à plus de 4000m.

Nous avions prévu d'y faire un trek de plusieurs jours mais nous ne sommes pas encore certain d'en être capable. L’enchaînement des kilomètres, des dénivelés et des aléas climatiques nous fait plus que douter. Nous allons donc commencer dès notre arrivée à Huaraz par une petite marche de test/acclimatation. J'avais repéré dans la cordillerra negra un petit lac, proche de Huaraz, et sans difficulté: laguna Wilcacocha. A 3750m d'altitude nous devrions déjà en prendre plein les yeux !

Nous nous entassons dans un mini-bus local. Déjà que nous ne sommes jamais vraiment sûrs d'être dans le bon bus, ni d'avoir été bien compris quant à notre destination, la proximité avec le conducteur, le levier de vitesse et les autres passagers, rajoute encore un petit goût d'aventure ! Heureusement, et comme souvent, ce sont les péruviens qui s'occupent de tout: c'est comme s'ils savaient à l'avance où nous voulons aller ! Forcément, nous ne sommes jamais les premiers voyageurs et nos points d'intérêts sont bien connus !

Après avoir préparé le pic-nic nous nous entassons dans un mini-bus local. Déjà que nous ne sommes jamais vraiment sûr d'être dans le bon bus, ni d'avoir été bien compris quant à notre destination, la proximité avec le conducteur, le levier de vitesse et les autres passagers, rajoute encore un petit goût d'aventure ! Heureusement, et comme souvent, ce sont les péruviens qui s'occupent de tout: c'est comme s'ils savaient à l'avance où nous voulons aller ! Forcément, nous ne sommes jamais les premiers voyageurs et nos points d'intérêt sont bien connus !

Rio Santa

Le mini-bus nous laisse au bord de la route, au niveau du pont de Santa-Cruz. Nous le traversons pour passer sur l'autre rive du Rio Santa et nous voilà au cœur du sujet: 3,5 km de marche pour atteindre 700m plus haut notre premier lac !

Entre deux tentatives d'inspiration/expiration nous prenons le temps d'apprécier l'environnement: calme et pittoresque.

Et très vite nous apercevons à l'Est les premiers sommets enneigés !

La marche est difficile: la pente n'est pas extraordinaire, mais continue. Je m'arrête régulièrement pour prendre des photos, et en repartant si j'oublie d'inspirer je me retrouve très vite en manque d'air. Il me faut alors plusieurs inspirations pour retrouver un rythme régulier.

Nous commençons à bien comprendre les effets de l'altitude sur l'organisme: il n'y a tout simplement plus assez d'oxygène. Chaque bouffée d'air doit être maximisée pour remplir le plus possible les globules rouges. Pour résumer, dès les premiers efforts la sensation d’essoufflement est présente. Du coup si le parcours monte dès le début, nous sommes tout le temps essoufflé. Au final cela ne se traduit pas forcément par des courbatures ou une fatigue plus importante, mais sur le moment le moral en prend un coup. Surtout qu'on pensait après presque 15 jours à plus de 3000m être mieux acclimaté...

Il n'empêche que le spectacle est grandiose et cela ne nous empêche pas d'en profiter !

Enfin arrivés au lac ! Et nous ne sommes pas seuls! C'est l'heure du casse croûte et il y a plusieurs autres candidats !

Après la pause picnic, vient l'heure de la sieste pour certains, et de prendre des photos pour les autres !! Le lac n'est pas très grand et tout le tour est accessible facilement. Avant de repartir je m'attarde sur la bute côté Est, qui ouvre la vue sur la vallée et la cordillère blanche !

Quel que soit le côté où l'on se tourne, le panorama est mémorable !

En prenant le chemin du retour j'optimise la trajectoire pour obtenir d'autres cadrages sur cette laguna Wilcacocha.

Décidément l'endroit est vraiment propice aux panoramas ! Je ne m'en lasse pas, et je rate rarement une occasion !

Voilà que nous quittons le plateau et le lac. Le trajet du retour, même s'il est identique à l'aller, est l'occasion de découvrir d'un autre œil les paysages. A la montée le regard n'est pas le même: on a beau observer  à droite et à gauche, parfois s'arrêter et se retourner, l'objectif reste devant nous. Alors qu'à la descente l'objectif est tout autour de nous. De plus dans de tels lieux on ne veut pas réellement rentrer, on essaye d'en profiter un maximum ! Du coup je cadre différemment et m'intéresse à d'autres points de vue.

Fin d'une première aventure dans les Andes. Plutôt positive, malgré l'effort, on en redemande comme toujours. Et vivement la prochaine !

Powered by SmugMug Log In