Pérou - J16-17 - Machu Picchu - Mathieu Perroud

Pérou - J16-17 - Machu Picchu

Qu'est-ce qu'elle nous aura fait transpirer cette vieille montagne (= Machu Picchu en Quechua) ! Déjà quelques jours avant l'ascension, à Cuzco, au moment de prendre les billets...

Bien sur nous n'avions rien réservé, ne sachant pas exactement quel jour nous irions, et ne voulant pas trop contraindre notre "emploi du temps". Or semaine sainte oblige (7 avril 2015 = pâques), nous nous somme vu refuser l'achat d'un billet d'entrée à la cité Inca. On nous a dit qu'il faudra le prendre directement à Aguas Calientes, dernière étape civilisée avant les ruines... Autant vous dire que nous n'étions pas parfaitement rassurés, et que nous nous voyons déjà repartir du Pérou sans voir le Machu Picchu...

Une fois se risque assimilé, est venu l'épreuve de trouver comment se rendre à Aguas Calientes...nous nous heurtons à 3 possibilités: à pied, en voiture, en train... A pied c'est relativement long et fatiguant: trop de perte de temps. En voiture on comprend que la route est dangereuse. En train cela attaque le budget... Après une heure de débat avec Pamestla.com à peser le pour et le contre, nous décidons de prendre le plus rapide, le plus sûr, et le plus cher: le train ! 100€ pour un bus jusqu'à la gare et 1h30 sur les rails cela attaque le budget mais nous n'avons pas de regret: tout était bien organisé.

Une fois arrivés à Aguas Calientes, ou Machupicchu Pueblo, nous nous précipitons au guichet pour acheter nos tickets! Et nous les obtenons sans difficulté grâce au sens de l'orientation de pamestla.com

Nous sommes arrivés tôt ce 6 avril 2015. Donc pour s'occuper avant la visite de la cité sacrée le lendemain, nous nous lançons dans une petite randonnée jusqu'au sommet du Putucusi. Sur l'autre rive du rio Urubamba, ce sommet offre une vue imprenable sur le Machu Picchu. Malheureusement dès les premières minutes de marche nous avons dû faire demi tour face à une échelle...sans barreaux... Notre sens de l'aventure nous a bien sûr poussé à tenter le coup, mais avec l'humidité ambiante et la pluie intermittente, tout glisse: le rocher, le bois, les chaussures, les mains, tout ! Dommage. Mais nous nous rassurons en nous disant qu'avec le temps pluvieux qu'il fait on aurait certainement rien vu une fois au sommet !

Donc nous rentrons bredouille au pueblo, mais en profitant d'une vue sympathique sur Aguas Calientes. Le rio Urubamba est aussi un spectacle à lui tout seul: le débit est monstrueux et les volumes d'eau qui s'écrasent sur les rochers ne donnent vraiment pas envie de s'y risquer !

Nous sommes rentrés à notre chambre poussés par la pluie. Elle tombera sans discontinuer toute la soirée, et la nuit...nous espérons une accalmie pour le lendemain mais sans conviction...


Le 7 avril, le réveil sonna à 4h. La pluie est toujours là, imperturbable. Nous attrapons nos affaires pour la journée, et nous partons armés de nos ponchos et lampes frontales. Nous avons repérés le chemin la veille donc aucune difficulté à prévoir. Nous constatons tout de même que malgré l'heure plus que matinale et le temps calamiteux nous ne sommes pas du tout les seuls à pointer notre nez mouillé au premier contrôle des billets, au pied de la montée.

Je n'ai plus aucune idée du temps qu'il nous a fallu pour arriver aux portes de notre objectif. Peut-être 1h ou 1h30. Par contre je me rappelle très bien comment. En fait le chemin piétonnier monte tout droit en coupant la route qui décrit 13 lacets. Le chemin en lui même fait plus penser à un escalier aux marches énormes toutes en pierre. A cause de l'effort, très vite nos ponchos se transforment en sauna, et heureusement la pluie faiblit. On ne fait plus la différence entre la transpiration et la pluie: il est temps pour moi d'enlever le poncho !

Tout en grimpant, nous doublons quelques personnes, mais d'autre qui ont du se lever plus tard nous doublent aussi ! Au final nous arrivons tous aux ruines, sous un brouillard épais ! La première chose que nous verrons seront des lamas !

Sur le coup nous ne savons pas exactement où nous sommes, ni où il faut regarder pour tenter d'apercevoir la cité...mais le spectacle, un peu mystique grâce à la brume, ne nous déplaît pas !

Nous nous dirigeons à l'opposé du reste des visiteurs, et cela tombe bien car cela nous mène vers le départ pour l'ascension du mont Machu Picchu. Mais tout d'un coup l'instant magique: dans notre dos, sans prévenir, le brouillard s'est levé: les ruines sont là, littéralement sous nos yeux !

Cet effet de surprise mêlé à la beauté du lieu aura raison de notre élan, et nous resterons quelques instants sans rien faire, juste regarder, comme pour s'assurer de mémoriser pour toujours cette atmosphère !

On reprend nos esprits doucement, en continuant à nous diriger vers le sud. Nous dépassons la "hutte du gardien du rocher funéraire". 

Dernier regard autour de nous avant d'entrer dans la jungle et commencer l'ascension du Machupicchu.

Au programme de l'ascension: 600m de dénivelé sur 2 km. Autant vous dire que l'effort est continu et soutenu. Le chemin, parfaitement entretenu, n'en reste pas moins une épreuve: comme ce matin pour atteindre la cité, une longue suite de marches à la hauteur non réglementaire nous donne du fil à retordre !

Mais à force de transpirer nous arrivons à bon port, alors que les nuages eux n'ont pas bougés ! C'est bien simple on ne voit rien autour de nous, encore moins au dessous... Une petite pluie fine agrémente le tout. Nous attendrons sur place 2h, dans l'espérance d'apercevoir nos ruines préférées !

Malheureusement cela sera presque en vain. Les nuages se déplaçaient sans cesse, mais ils étaient immédiatement remplacés par d'autre... On ne pu qu'apercevoir, presque deviner, les pierres derrière un nuage moins épais que les autres.

Jeu de cache-cache: la cité sacrée victorieuse

A la descente nous passons sous le plafond nuageux et le spectacle reprend !

Retour dans la cité. Le brouillard a quitté les lieux. La visite peut commencer !

La hutte du gardien était vraiment le poste d'observation parfait

Temple aux trois fenêtres

Murs Incas

Quartier du condor

Derniers pas vers la sortie...

Good bye

Cette visite du célèbre et mythique Machu Picchu restera à jamais graver dans nos mémoires. Comme souvent dans mes visites, c'est après y être allé que me viens l'envie d'en savoir plus. D'autant plus que les Incas n'ont pas encore livrés tout leurs secrets, donc souvent les explications prennent une caractère d'hypothèse qui laisse la place à l'imagination ! 

Powered by SmugMug Log In