Pérou - J22 - Laguna Churup - Mathieu Perroud

Pérou - J22 - Laguna Churup

Deuxième journée dans la cordillère des Andes. La veille nous faisions une petite randonnée de test jusqu'à la laguna Wilcacocha (3 750m). Il est temps de monter d'un cran et d'exploser notre record d'altitude. Objectif: 4 450m !

Dans le parc national de Huascaran, la sommet Churup abrite un glacier qui alimente le lac Churup. Nous devrons marcher 18km aller-retour et grimper 1200m pour pouvoir admirer les eaux aux milles couleurs de ce lac d'altitude.

Cette escapade sera notre dernier test avant d'éventuellement nous lancer dans un trek de plusieurs jours.

J'ai particulièrement hâte d'y être: parmi tous les endroits dont je puisse rêver, les lacs d'altitudes aux couleurs folles, aux pieds de sommets enneigés, sont en tête de liste ! 

Départ tôt le matin pour attraper un taxi qui nous déposera dans le village dUnchus. Une bonne partie de la route est non goudronnée, accidentée et très caillouteuse. Le taxi nous laisse quelque part dans Unchus, à nous de trouver la suite. Heureusement le chemin n'est pas très compliqué et il suffit de monter !

Comme à l'accoutumé nous serons accompagnés...des chiens du coin ! Ils donnent l'impression de faire leur vie, tout en nous suivant, mais en faisant 10 fois plus de kilomètres que nous à force de va et vient dans toutes les directions !

Très vite nous apercevons au loin les premiers sommets enneigés. Nous ne mesurons pas encore l'effort qu'il nous reste à fournir, mais déjà nous savons que nous ne serons pas déçus par le spectacle !

Après plus d'une heure d'une marche sur un sentier à l'inclinaison parfaite pour un échauffement, nous arrivons à l'entrée du parc. Facile à reconnaître: c'est là qu'un garde nous demande de nous acquitter du billet d'entrée (10 soles) !

Par contre à partir de là on peut dire que l'ascension va réellement commencer. Durant les 6 premiers kilomètres nous nous sommes élevés seulement de 550m, du coup les 650m prochains devront être gravi en seulement 3km... En gros ça va monter 2 fois plus ! 

En soit ces chiffres n'ont rien d'exceptionnel: pas besoin d'aller aussi loin pour affronter ce genre de dénivelé. Les Alpes, le Verdon, le Mercantour, ..., sauraient très bien nous satisfaire, mais il faut bien avouer qu'à presque 4500m d'altitude, c'est à dire presque la hauteur du Mont Blanc, la sensation n'est pas la même. Entourés de sommets à plus de 6000m, de neige, de glacier, et en manque constant d'oxygène, l'appréciation n'est pas la même. Oui nous sommes essoufflés, et du début à la fin, mais qu'est ce que c'est beau.

Ah ! Qu'apercevons nous au loin ? Une cascade. Et qui dit cascade, dit éventuellement lac ! Nous espérons en tout cas !

La marche continue, les nuages tournent autour du sommet. Comme d'habitude nous ne savons pas trop si le beau temps va tenir, d'après les prévisions oui, donc nous continuons !

Nous sommes tout proche de la cascade. Malgré l’essoufflement je suis euphorique, je sens que nos yeux vont bientôt se rincer !

Mais finalement un dernier obstacle s'offre à nous. La pente s'accentue encore et des chaines ont été installées pour assurer la grimpette. Rien de bien méchant, sauf que l'humidité due à la proximité du cour d'eau rend le tout glissant.

Et nous y voilà ! Pfiou je n'en crois pas mes yeux, c'est à la fois comme je l'imaginais, mais en même temps c'est encore plus beau ! La couleur de l'eau, la montagne qui l'encercle et l'ambiance orageuse font qu'à part un coucher de soleil je ne pouvais pas espérer mieux !

Pamestla.com décide de récupérer un peu avant la descente et pour patienter pendant que je parcours les environs ! Donc je m'en donne à cœur joie ! Je "cours" dans tous les sens pour tester pas mal de point de vues différents !

L'endroit est magique. On aurait envie d'y poser la tente et d'y rester plus longtemps...

...mais il nous faut repartir... Dans ces cas là pour ne pas être trop triste, je me convaincs que j'y reviendrai. Rien n'est trop loin ni trop inaccessible !

Depuis que j'ai commencé à voyager (bien trop tard...) la difficulté n'est plus de trouver le bon moment pour franchir le pas, mais de trouver la prochaine destination. Ça sera peut être ici, mais en même temps il reste tellement à visiter !

Cette randonnée aura été un excellent test. Aussi magnifique qu'elle a pu l'être, elle était aussi éprouvante. Surtout pour le moral en réalité. L'altitude et donc le manque d'oxygène fait qu'on est essoufflé du début à la fin. Au final les jambes ont suivi, mais il nous est difficile de nous projeter dans un trek de plusieurs jours. Les journées de marche, les nuits sous tente, éventuellement sous la pluie, nous ont fait peur et nous avons préféré terminer sur une journée de plus à Huaraz avant de retourner sur la côte. Tout cela est sans regret, nous voulions voir cette fameuse cordillère blanche, c'est chose faîte ! Le lendemain nous nous reposerons avec une sortie en VTT non loin de là !

Powered by SmugMug Log In